Une semaine après avoir pondu son « joli courrier », « dieu » pris un repos bien mérité de 3 semaines, abandonnant totalement son nouveau chef de magasin et le délégué syndical. À l'époque je n’avais le droit qu’à 10 heures de délégation que je coupais en petits morceaux pour m’enquérir des problèmes de l’entreprise. Il est passionnant d’assister à un désastre annoncé.

Le sous-directeur chargé des services techniques a prévu ses vacances, peu importe que l’on soit en juillet 2009 en pleine crise de l’automobile, le bébé arrive dans les bras du sous-directeur commercial qui lui essaye de le faire « à la vaseline ». Je dois vous décrire le vice de ce citoyen : harceler les secrétaires féminines pour obtenir des faveurs sexuelles extraconjugales. Pour des raisons de simplification, je fais le surnommer : l’autre. Donc le ci-devant se retrouve avec un chef de magasin qui appelle « dieu » tous les matins pour demander quoi faire avec moi », « dieu » essaye mais ne trouve pas donc finit par demander à ne plus être dérangé et l’autre qui se retrouve avec un truc dont il n'a aucune compétence pour gérer.
La rupture de la période d’essais du jeudi matin c’est faite par téléphone. Mes collègues magasiniers m’ont accusé à juste titre d’avoir provoqué son départ, mais un type qui veut ma perte au lieu de la négociation, une seule possibilité : attaquer. L’autre me convoqua et essaya de m’acheter en m’offrant le tout dernier téléphone que l’on donnait au vendeur. Je l’ai pris comme une récompense d’avoir défendu ma place. Il me dit que lui aussi était légaliste, je lui demandais de me faire signer la décharge qui allait avec l’appareil. Il me dit que ce n’était pas nécessaire, il s’agissait de « gentlemen's agreement». Sur l’honneur d’un trousseur de femmes, j’évite.

À tout le monde j’ai fait étalage de mon nouveau jouet, en disant que : « je n’étais pas à vendre et surtout je n’avais pas dit combien (Coluche) »
Ce fut mon tour de partir en vacances mais comme la situation était difficile au magasin suite à la disparition du commandement, je proposais à la direction de décaler d’une semaine mes congés, ce qu’elle accepta.
Le pouvoir de nuisance pour créer des améliorations rentables pour tous. La France et sa manie de faire du curatif plutôt que du préventif. C’est déprimant mais nous autres à la CFDT nous savons nous serrer les coudes, nous sommes des frangins et des frangines. Tous unis.
Enfin, si seulement, j’en avais eu un seul sous la main pour me fournir de l’aide…